Auteur Sujet: Les retentissements de l’obésité sur la sexualité  (Lu 224 fois)

Sexoblogue

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 2
  • Popularité : +0/-0
Les retentissements de l’obésité sur la sexualité
« le: 25 juillet 2020 à 13:59:43 »

Les conséquences de l’obésité sur la vie sexuelle des hommes


On a pu démontrer qu’il existait une corrélation entre obésité masculine, hypogonadisme (déficit en testostérone), et dysfonction érectile.


De manière générale, il est maintenant démontré que les hommes obèses ont une altération de la fonction sexuelle, ce dérèglement hormonal étant en général associé à des troubles de l’érection.


À cause de la graisse pubienne qui absorbe la base du pénis, il est fréquent de voir la taille de la verge diminuer, entraînant parfois des difficultés lors de la pénétration. Ces difficultés sont telles que l’homme obèse peut ne plus avoir confiance en ses performances sexuelles ce qui va également éroder le désir sexuel.


Les conséquences de l’obésité sur la vie sexuelle des femmes


Les femmes obèses subissent aussi les conséquences négatives de leur état sur leur vie sexuelle.


L’obésité réduit de plusieurs crans leur libido et par là même le désir sexuel de leurs partenaires, car les graisses accumulées à certains endroits (cuisses, fesses et bas-ventre) rendent difficile toute pénétration. Cela entraine alors parfois une baisse du plaisir ressenti lors de l’acte sexuel, une difficulté à atteindre l’orgasme, puis dans les suites un évitement de la sexualité.


On constate également que troubles alimentaires, dépression et troubles sexuels sont bien souvent associés. Une étude récente a démontré que plus de 66% des femmes présentant un trouble alimentaire se plaignent d’une perte de libido mais pas seulement. Il s’avère que 60 % d’entre elles présentent de l’anxiété quant à la sexualité contre 15 % pour les femmes qui n’ont pas de problèmes alimentaires. Elles sont également davantage en conflits avec leur partenaire, en changent plus souvent et, de manière générale, font moins souvent l’amour. Il semblerait également qu’elles mettent plus de stratagèmes en place visant à éviter les rapports sexuels.


Quand un problème sous-jacent organique ou psychique peut être à l’origine de l’obésité


Certaines maladies peuvent être à l’origine d’une prise de poids importante comme l’hypothyroïdie, la dépression, le syndrome de Cushing, la prise de certains médicaments etc. Ces maladies vont également entrainer des difficultés sexuelles notamment liées à la fatigue chronique qu’elles génèrent, et il est important d’éliminer une de ces pathologies sous-jacentes dans le bilan initial.


Des traumatismes anciens (et notamment sexuels) peuvent être à l’origine de troubles du comportement alimentaire, allant parfois jusqu’à entraîner des problèmes de surpoids, voire d’obésité.


Les études scientifiques internationales ont en effet montré que :


  • les troubles psychotraumatiques augmentaient le risque d’obésité, particulièrement chez les femmes et les enfants ayant subi des violences
  • les expériences négatives de l’enfance sont un facteur de risque majeur de présenter une obésité et des troubles compulsifs alimentaires à l’âge adulte, celles-ci sont retrouvées dans 70% des cas d’obésité
  • toutes les violences subies dans l’enfance (violences physiques, sexuelles et psychologiques) sont fortement associées à des troubles compulsifs alimentaires tout au long de la vie avec des Odds Ratios supérieurs à 3, les violences sexuelles étant plus spécifiquement associées à la boulimie et à l’hyperphagie boulimique
  • plus de 30% des victimes de violences sexuelles présentent des troubles du comportement alimentaires.
Devant tout trouble alimentaire chez un enfant, un adolescent ou un adulte, il est donc essentiel de rechercher si des violences ont été subies ou sont subies, les professionnels de santé devraient poser systématiquement la question à tous leurs patients.


Comment traiter ces dysfonctions sexuelles chez les personnes obèses ?


1) La perte de poids


En perdant du poids, un homme obèse peut améliorer sa libido et sa fonction érectile. Cela peut dont être une motivation à lui donner pour l’inciter à faire les efforts nécessaires afin de réduire son IMC.


Une célèbre étude, celle d’Esposito avait démontré les bienfaits d’un régime alimentaire amaigrissant adapté et l’adoption d’activité physique régulière consistant à ne consommer que 1700 kcal/jour afin de perdre 10 % de son poids en 2 ans. Grâce à cette méthode, 30 % des hommes obèses peuvent de nouveau avoir une bonne érection sans même prendre des médicaments.


La meilleure prise en charge consiste ainsi à les aider à perdre du poids grâce à une activité physique régulière et à mettre en place une sexothérapie avec des conseils et des exercices adaptés.


En retrouvant une sexualité, les hommes et les femmes souffrant d’obésité peuvent de nouveau avoir confiance en eux, ressentir une amélioration de l’humeur et être plus motivés à perdre du poids.


2) Les traitements pharmacologiques


Comme traitement médicamenteux contre la dysfonction érectile, les IPDE5 ont fait leurs preuves, à condition qu’il n’y ait pas de contre-indication médicale à la prise de ces médicaments.


Au cas où l’on n’obtienne pas les résultats espérés, les injections intracaverneuses constituent une alternative particulièrement efficace.


Enfin, il peut être bénéfique de supplémenter en testostérone les hommes présentant un hypogonadisme, ce qui aurait pour effet d’agir sur la libido, le volume éjaculatoire et sur la fonction orgasmique, mais également agir positivement sur les marqueurs métaboliques et les risques cardiovasculaires.


3) Savoir accepter son propre corps


Quoi qu’il en soit, un accompagnement psychologique est aussi nécessaire pour traiter les dysfonctions sexuelles des personnes obèses.


Cela leur permet d’avoir de nouveau confiance en eux en dépit de leur surpoids, et d’être assez motivés pour suivre le régime alimentaire conseillé.


Il en est de même pour les activités physiques adaptées qui leur permettent de retrouver un corps plus harmonieux. Difficile en effet de se déshabiller devant son partenaire quand on est obèse.


Par peur du regard de l’autre, une personne obèse peut ne pas avoir envie de dévoiler son corps et risque de bannir toute activité sexuelle de sa vie.


Et après ?


L’accompagnement psychologique et sexologique sera pertinent tout au long du processus d’amaigrissement, et surtout après la perte de poids.


En effet, le corps se modifiant, la représentation que la personne a d’elle-même également. Un travail d’acceptation de ce “nouveau corps” est important.


Parfois, il est nécessaire de proposer un soutien au couple, car c’est également un changement pour le partenaire. Ce dernier va devoir s’adapter aux modifications corporelles d’une personne qu’il a connu avec des formes qu’il appréciait et qui ont pu disparaitre avec les kilos en moins.
« Modifié: 27 juillet 2020 à 13:05:16 par Administrateur »


xx
bipolarité et sexualité

Démarré par tof37

6 Réponses
5103 Vues
Dernier message 15 novembre 2016 à 13:47:58
par Max666
grin
Retentissement de la sclérose en plaques sur la sexualité

Démarré par Sexoblogue

0 Réponses
517 Vues
Dernier message 30 mai 2020 à 12:39:30
par Sexoblogue
question
Pensez-vous que les problèmes urinaires aient des retombées sur la sexualité ?

Démarré par Modérateur

0 Réponses
4515 Vues
Dernier message 30 mars 2004 à 16:56:57
par Modérateur
xx
Obésité infantile

Démarré par santé-sur-le-net

1 Réponses
2715 Vues
Dernier message 10 février 2015 à 12:43:41
par carolineg
xx
Obésité infantile

Démarré par mcastex

1 Réponses
2790 Vues
Dernier message 20 avril 2016 à 10:04:24
par thelarrousse