Auteur Sujet: bipolaire sans traitement  (Lu 2224 fois)

HailLux

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 2
  • Popularité : +0/-0
bipolaire sans traitement
« le: 02 juillet 2016 à 23:56:29 »
Bonjour,


je suis bipolaire et je souhaite savoir si certains d'entre vous arrive à vivre sans traitement ?
En effet, ayant un terrain addictif assez imposant j'aime beaucoup prendre des médicaments (anti douleurs, pseudoéphédrine par exemple) et même des placebo... , voulant eradiquer ce type d'addiction j'aimerai éviter d'avoir un traitement (je sais ça peut paraitre paradoxale).
Certains s'en sortent ils avec un suivi régulier chez le psychiatre ? Une psychanalyse ?


Merci d'avance pour vos temoignages  :)

guillaumebesset

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 4
  • Popularité : +1/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #1 le: 09 juillet 2016 à 12:48:10 »
En tant que simple citoyen, je pense qu'il faut garder de côté un médicament en cas de 'crise'  (l'abilify qui est récent et pas trop fort me semble bien par ex). Le reste du temps équilibrer sa vie est important je pense (rythmes et activités diverses, alimentation, ..). Diversifier sa vie permet de limiter les névroses (un informaticien stressé qui ne bouge pas par ex à plus de chance de développer des névroses). De même se recentrer sur ce que l'on aime est important bien sûr, de même que la qualité relationnelle avec ses proches. S'il n'y en a aucune, alors tenter d'être pro actif au niveau relationnel (aller volontairement vers les gens même si ce n'est pas facile). Une période de retraite spirituelle peut être utile, mais il ne faut pas que celle ci dure trop longtemps et dé socialise!



anneso

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 2
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #2 le: 09 juillet 2016 à 19:42:47 »
Bonjour, je suis du même avis que M. guillaumebesset. Nos humeurs dépendent de nos expériences et de nos pratiques de vie. En ce qui me concerne, en tant que bipolaire, je ne prends que du tercian qui par les psychiatres n'est pas perçu comme un thymorégulateur, traitement très léger contre les angoisses. Ce médicament-là semble suffisant pour moi mais je le sais, absolument nécessaire. En apprenant les situations de vie qui sont problématiques pour mon humeur et celles qui lui sont favorables, j'ai appris à adapter mon mode de vie quotidien et à choisir mes humeurs, en bonne part. En lisant des ouvrages et en détectant les symptômes de la bipolarité qui me concernent personnellement, puisque nous ne les avons pas tous, j'ai pu agir sur eux, adapter mon comportement. Aux Etats-Unis désormais, pays sans doute plus avancé que le nôtre sur la prise en charge du problème, il est prouvé qu'une pratique sportive régulière réduit fortement l'apparition des symptômes. Les neurologues considèrent aussi que le taux de dopamine, neurotransmetteur, explique en bonne part les modifications de l'humeur. En lisant sur internet ce qui dans le sommeil, l'alimentation,... implique sa diminution (nécessaire si je suis maniaque), son augmentation (si je suis triste), je m'en sors assez bien. Ex : les protéines (viande) font monter l'humeur, les sucres lents (pâtes, riz, semoule) la calment... Au-delà des médicaments, s'auto-éduquer et s'auto-orienter est important. Bonne journée
« Modifié: 09 juillet 2016 à 19:46:42 par anneso »

help

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 4
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #3 le: 09 août 2016 à 22:03:44 »
bonsoir - ayant eu trois épisodes dépressifs majeurs, j'ai du prendre anxiolytiques et antidépresseurs pendant 4 ans : ce sont les médicaments qui m'ont rendu bipolaire : actuellement je suis diagnostiquée bipolaire type 3 : je le serais à vie mais quand j'ai pris ces médocs, j'étais en stade 2 hypomaniaque. Tout cela pour dire que depuis deux ans, je ne prends plus ces médocs : on me les a interdit : je devrais prendre du lithium, je n'en prendrais pas ; Est ce la bonne solution ? je ne sais pas. je suis en lutte contre moi même tout le temps -  je sais repérer les deux cycles : je sais que si je ne me ménage pas dans mes activités, je le paierai - forcément alors ma souffrance est de me maîtriser, j'y parviens mais il y a parfois des rechutes et là je sens que je mets ma vie en danger et c'est là que j'aimerai avoir recours au lithium mais je me le promets, je ne le fais pas et puis ça passe ; je ne détiens pas la vérité sur ce qu'il faut faire ; par rapport à ta question bipolarité sans traitement oui c'est toujours possible mais tu te connais et toi seul sait si tu plongeras ou pas  lors d'une crise et si c'est un vrai risque de te laisser sans traitement. Sinon, je pratique la sophrologie et quand ça monte, j'essaie de me poser et de comprendre pourquoi ça ne va pas, ce qu'il faut faire pour que ça passe, je respire, je réfléchis sauf en crise et là je sais que je peux commettre l'irréparable alors tu vois c'est compliqué ; un truc qui marche bien c'est d'écrire tout ce que tu ressens au jour le jour pour repérer les phases et pour pouvoir les prévenir et agir en conséquence : tu seras étonné de voir que c'est un moyen très efficace d'apprendre à se connaître. bon courage et bonne soirée

dnrt

  • Membre averti
  • **
  • Messages: 68
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #4 le: 30 novembre 2016 à 16:13:56 »
Bonjour,

Bipolaire déclaré en 2012, avec un cocktail détonnant de 4 médocs associés j'étais devenu une véritable bombe ambulante.
(CYMBALTA + SERESTA + DEPAKOTE + NOCTAMIDE).
L'un des médocs (anti-dépresseur CYMBALTA) me boostait tellement que j'étais en sur-régime et m'a valu 2 alertes cardiaques. Ce même "poison" me valait également un niveau d'excitation sexuel terrible : je désirais ma compagne tout le temps...
Un autre médoc (régulateur d'humeur   DEPAKOTE) me couchait littéralement tellement j'avais des douleurs à l'estomac et au dos.

Depuis juin 2014 je ne prends plus aucun "poison".
Résultat : je n'ai pas bien le moral et dors pas très bien mais, je reste sous contrôle et, je peux conduire normalement. Sans être dangereux.

Après, ceci est un choix personnel : mon père refusait tout traitement et, ma mère a pris du TEMESTA pendant des années...
Pour résumer, je dirai que chacun ne réagit pas de la même façon, c'est comme pour le café pris le soir. Chez moi, ce serait insomnie assurée.
Pour d'autres, cela n'a aucune incidence.

Je ne prends donc plus de médicaments / poisons. Chez moi, ils amplifiaient certains phénomènes et, le pire mal a été fait lorsque j'étais sous leur emprise.

Humainement.

-Meursault-

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 5
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #5 le: 27 décembre 2016 à 17:41:40 »
Bonjour,

J'ai 35 ans, j 'ai été diagnostiqué, j'ai eu 2 phases maniaques aigues je ne suis pas vraiment stabilisé mais la dépression s’atténue. Je n'ai pas de traitement sérieux mise à part 15 mg d' aripiprazole, molécule miracle que les psychiatres donnent à tort et à travers ( première molécule pharmaceutique aux États-Unis, en 2013, avec un chiffre d'affaire estimé à 4.7 milliards de dollars) on imagine la propagande commerciale qu'il y a eu pour en arriver là. Je suis sujet aux troubles addictifs , mais je ne consomme plus d' alcool depuis 16 mois et j'ai arrêté la cigarette il y a 15 mois. J 'ai eu durant cette année  des troubles alimentaire et des problèmes avec le jeu. Avec un peu de volonté on peu jongler avec les addictions et s'en débarrasser afin d'obtenir la
gray life. Attendre une phase maniaque aigu et se voir administrer des sels de lithium à haute dose pour n'éprouver plus aucune émotions, ou comme notre cher collégue dnrt avoir un psy qui joue les savants fou et donne un cocktail explosif
« Modifié: 27 décembre 2016 à 17:45:03 par -Meursault- »

dnrt

  • Membre averti
  • **
  • Messages: 68
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #6 le: 27 décembre 2016 à 19:53:00 »
Bonsoir Meursault,

J'apporte un peu plus d'éléments. Je suis "bipolaire de type 3", c'est-à-dire que le mal, sous-jacent, a été induit par la prise de médicaments, à partir de fin 2010 (CYMBALTA + SERESTA / burn-out), avec un pic critique en 2012.
Aujourd'hui, je suis SANS aucune substance. Par choix délibéré.
Certains médicaments ont selon moi amplifié certains phénomènes et ne m'ont pas réussi. Puis, à long terme, on ne peut continuer à conduire en les prenant or, j'ai besoin de prendre le volant.
Alors, même si un anti-dépresseur pourrait me rendre plus joyeux, si c'est au détriment de la sécurité (la mienne et celle des autres)...

Je ne dis pas que c'est LA solution puisqu'il paraît qu'il faudrait que j'ai un traitement à vie.
Mais alors, comment pourrai-je faire pour aller ne serait-ce qu'à mon travail ?
Les médecins prescripteurs oublient cette mention pourtant présente sur les boîtes.
Je ne fume pas, je ne bois pas et tente de mener une vie la plus saine possible. Sommeil notamment.

Humainement.

J'aime bien votre pseudo même si ma préférence va vers Puligny-Montrachet : le meilleur vin que j'ai pu déguster  ;)
« Modifié: 27 décembre 2016 à 19:54:14 par dnrt »

-Meursault-

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 5
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #7 le: 27 décembre 2016 à 22:14:49 »
Bonsoir dnrt

Selon la classification de Klermann datant tout de même de 1981 il est vrai que pour le type 3 la dépression et l'hypomanie peut être induite par les antidépresseurs ou autre traitement. Il y a également la classification 3 1/2 ou les oscillations de l' humeur sont associés à un contexte addictif ou un abus d 'alcool. Néanmoins certains spécialistes s'accordent à dire que les différentes sortes de trouble bipolaire ne forment qu'une seule maladie et que le patient peut changer de trouble bipolaire. Je pourrais me classifier en 31/2 car c'est à ce moment là que les phases de manies aiguës ont commencé. Mais j'avais déjà ressenti  la cyclothymie très légèrement à partir de l'âge de vingt ans. Je ne sais pas la posologie que vous aviez en seresta mais c'est tout de même une benzo costaud là ou le diazépam aurait probablement suffit pour commencer.   

dnrt

  • Membre averti
  • **
  • Messages: 68
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #8 le: 28 décembre 2016 à 10:29:29 »
Bonjour,

Selon ma perception, à présent plus aisée puisque sans aucun traitement, j'ai retrouvé la pleine lucidité, à défaut du dynamisme et du sommeil, je puis avancer ceci.
Fin 2010 donc, j'ai consulté mon médecin traitant après une chute, un évanouissement. Je pensais initialement à de la simple fatigue due à une épidémie de gastro-entérite.
Mon médecin pensait lui, à une dépression passagère et m'a prescrit un antidépresseur CYMBALTA et, un anxiolytique SERESTA.
Sous ce traitement, faisant pleinement confiance à mon médecin, j'ai retrouvé entrain et sommeil, ou du moins apaisement avant endormissement.
J'ai continué ainsi tout 2011, avec une énergie incroyable. A fond de 6h00 à 0h00, avec de grosses journées de travail, du sport à haute dose et, notamment une libido exacerbée...
Très amoureux au sens large, je mettais ce denier point sur le compte du simple bonheur d'être "à deux".
Je me disais que cela allait passer avec le temps. Je connaissais ma compagne depuis 2009 pourtant ; il n'y avait donc pas l'euphorie des tous premiers jours. Puis, mes désirs ne se sont pas atténués et ma compagne en avait assez. D'autres divergences sont apparues. Nous sous sommes séparés en avril 2012 et là, l'engrenage... Mon sommeil est passé de 5h00 à 3h00 puis 1h30.
3 mois après, ma fille faisait une tentative de suicide. Là, j'ai sombré. Je me suis retrouvé "en panique" dans un HP. Puis, j'ai été suivi par un psy et, avec un traitement "de cheval" décrit précédemment.
Le mal a empiré sous l'emprise de ce cocktail de "poisons" et cela s'est révélé catastrophique : perte de mes enfants, de ma famille, arrêt de travail durant 3 mois, etc.
J'ai profité de cet arrêt pour me sevrer, constatant les dégâts que l'ensemble CYMBALTA + SERESTA avait occasionné. J'ai vite stoppé le DEPAKOTE qui me faisait un mal terrible aux reins et au foie (plié de douleurs).
En 2013, j'ai continué avec le NOCTAMIDE seulement, pour palier à mes insomnies. Insomnies dues à tout ce qui s'était passé déjà et, à mon travail, anxiogène.
En 2014, je me suis sevré totalement, non sans difficultés.
Depuis juin 2014 exactement, je ne prends plus rien.
J'ai toujours mon anxiété et, mes difficultés pour dormir. Mais au moins, j'ai retrouvé mon discernement donc, mais aussi, je peux de nouveau conduire sans représenter un danger public pour les autres et moi-même. Sous traitement j'étais un "zombie", sans réflexe et, représentais un réel danger.
J'ajoute, que je n'ai jamais fumé ni bu et ai toujours pratiqué un sport durant près de 30 ans.

Maintenant, je "compose" avec mon mal, mes maux, mais jamais je ne prendrai ces "poisons" qui chez moi ont eu des conséquences désastreuses et irréversibles.
Mon père, malade des nerfs en 1974, non diagnostiqué à l'époque, refusant d'être interné et conscient de sa maladie mais, ne voulant pas se soumettre à un traitement, a préféré mettre fin à ses jours.
J'en paie le prix, fort.
Les évènements de 2012 ont eu pour conséquence de mettre de la distance entre mes enfants et moi. (En phase critique, je me suis montré agressif envers eux, complètement intoxiqué, alors que je souhaitais protéger ma fille d'une relation toxique).
Je suis à présent "propre" médicalement parlant mais, demandeur d'emploi puisque mes comportements ont aussi eux une incidence sur mon travail...

Aujourd'hui, je serai bien incapable d'avancer quelle substance a été la plus nocive mais plus jamais, je ne prendrai de produit. Chez moi, cela ne corrige rien véritablement et à la longue devient encore plus destructeur.

Voilà "mon" point de vue. 

Humainement.

Aurora

  • Membre confirmé
  • ***
  • Messages: 110
  • Popularité : +7/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #9 le: 03 janvier 2017 à 11:46:37 »
Bonjour,

Il y a deux mois et en trois ans, j'ai pris 10 médicaments différents...de thymo, neuroleptique, AD, anxio...

Aujourd'hui je n'en prends plus que 3 sortes...
Je perds un peu de poids moi qui en avait pris 40 et donc je suis contente...

Mais je me demande si je ne pourrai pas aller plutôt sur un seul médicament...Je suis en pleine réflexion...

Mais la peur extrême de me déstabiliser...


chabila

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 1
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #10 le: 05 janvier 2017 à 14:57:43 »
Bonjour,
j'ai 57 ans et j'ai été diagnostiqué bi-polaire depuis 10 ans environ par mon médecin traitant mais j'ai commencé à être "dépressive" depuis les années 1975 avec des hauts et des bas. J'ai vu quantités de psys entre 1975 et 1991 et dès 1979 on a essayé le lithium qui n'avait aucun effet sur moi et bien d'autre mélanges avec ce médicament. Puis en 1982 toujours mon médecin traitant qui était super a diagnostiqué une hyperthyroidie ; là les tentatives de suicide se sont enchainées sur 3 ans jusqu'à mon opération qui n'a pas tout résolu.
Plus de thyroide plus de parathyroide donc plus de comprimés ; enfin j'ai toujours essayé de travailler car mon cerveau doit toujours fonctionner au maximum si je veux me sentir bien.... jusqu'à l'épuisement. En 1991 j'ai fait alors là les médecins les psys ne sont pas d'accord pour certains une paralysie du 5è ou 6è nerf gauche (cerveau) d'autres un AVC avec comme premiers symptomes qui ont duré 8 jours un diplopie verticale et horizontale, d'affreux mots de tête sur le front, les tempes, la nuque avec des "aiguilles" dans le trajet qui va de l'oreille en passant par la machoire puis l'oeil et retour sur le crâne à l'oreille : maladie du nerf trijumeau! 1mois et demi d'hopital sous perfusion de laroxyl et autres médicaments, un vrai zombie couché ne comprenant rien que j'étais devenue!!
gros traitement avec en tête de liste tégrétol laroxyl et aldol puis les comprimés pour thyroide et calcium.... puis je me suis mis à avoir des douleurs partout au point de ne presque plus pouvoir marcher en 2005/2006 ; je vais voir un professeur à TOURS qui pensait vraiment que j'avais une sclérose en plaques (j'en avais tous les symptomes!) mon médecin n'y croyait pas : résultat 15 jours d'hopital et heureusement pas de sclérose mais un second diagnostic en plus d'être bi-polaire, je suis fibromyalgique avec toutes les douleurs physiques et mentales que cela implique. Depuis 32 ans je prends en moyenne 28 comprimés par jour, ce ne sont plus les mêmes maintenant plus de tégrétol mais dépamide Anafranyl lysanxia ... + thyroide+ diabète eh oui et heureusement que je suis d'un naturel optimiste.
En ce moment je suis en arrêt mais j'ai quand m^me travaillé toute ma vie depuis 16 ans et je voudrais bien reprendre le travail mais depuis 2012 cela devient difficile je m'acharne au travail jusqu'à l'épuisement et ensuite direction la clinique psy pour me remettre sur pied.
mon psy voudrait bien que je reste en longue maladie, je fais partie des carrières longues mais je ne sais pas ce que je vais faire.
Je vous ai écrit tout cela pour vous dire qu'avec l'espoir on peut continuer à vivre même si parfois en crise on est invivable pour la famille ou au travail, de plus on s'en rend pas forcément compte. Alors pour compenser en dehors des crises soyez très très aimables avec votre entourage.
bonne année 2017
chantal

Chris9398

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 1
  • Popularité : +0/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #11 le: 10 janvier 2017 à 16:35:14 »
bonjour ,j'aimerai connaître vos avis concernant une situation que j'ai vécu il y a 1an avec mon ex petit ami qui m'a quitté en quelques heures au bout de 5ans de vie commune .tout à basculé très vite avec un changement de comportement radical ou il a démissionné de son travail ou il m'a fait une demande en mariage a la suite et 15jours après il partait

bipo-111AAAA

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 5
  • Popularité : +0/-0
    • Le Bipolaire
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #12 le: 10 janvier 2017 à 17:16:05 »
Bonjour,


Être bipolaire sans traitement est presque impossible sur le long terme ... Il existe bien évidemment la psychoéducation mais il faut un traitement + suivi + un bon entourage pour espérer une vie saine avec une bonne hygiène de vie également . Par contre la personne bipolaire peut éviter et vinifier ses crises de bipolarité, autant maniaque que dépressive en analysant son comportement lié aux évènements qui génère les troubles de l'humeur . Beaucoup de bipolaires arrêtent leur traitement au bout de quelques mois car ils (croient) se sentent mieux mais la rechute est 2x plus vertigineuse ensuite .


Bonne journée

Aurora

  • Membre confirmé
  • ***
  • Messages: 110
  • Popularité : +7/-0
Re : bipolaire sans traitement
« Réponse #13 le: 11 janvier 2017 à 18:34:17 »
Personnellement j'avais un traitement de 10 médicaments différents depuis trois ans. J'allais plutôt bien.

L'on vient de me descendre à 2 médicaments. Je suis en immense souffrance.


xx
Comment convaincre mon amie bipolaire a reprendre son traitement?

Démarré par basil

2 Réponses
1073 Vues
Dernier message 31 mars 2015 à 00:59:09
par Lexa
xx
Se baigner sans danger

Démarré par santé-sur-le-net

0 Réponses
446 Vues
Dernier message 17 juillet 2015 à 16:19:27
par santé-sur-le-net
xx
Afrique: un an sans Polio

Démarré par santé-sur-le-net

0 Réponses
498 Vues
Dernier message 13 août 2015 à 16:14:26
par santé-sur-le-net
xx
traitement

Démarré par stephane2A

2 Réponses
900 Vues
Dernier message 26 février 2016 à 10:00:02
par patnad
smiley
traitement

Démarré par michele121406

6 Réponses
1565 Vues
Dernier message 13 février 2017 à 17:41:32
par ARSSW