Auteur Sujet: Sevrage (témoignages)  (Lu 3662 fois)

Max666

  • Membre averti
  • **
  • Messages: 67
  • Popularité : +0/-0
  • Bipolaire ? Non Tripolaire !
Sevrage (témoignages)
« le: 12 avril 2016 à 21:08:03 »
Bonjour,
 
J'apporte ma contribution à ce sujet.
Depuis fin 2010 j'ai ingurgité antidépresseur, anxiolytique et somnifère...
Puis, en constatant les dégâts des effets secondaires ou contradictoires, et après avoir failli perdre la vie en été 2012, j'ai décidé de me sevrer. En toute connaissance de cause donc.
Totalement, malgré les risques dus au manque. A mon sens moins importants que les effets précités.
 
Ce que je recommande, c'est de prendre le temps nécessaire pour cette longue période. Difficile et délicate.
Ce parce qu'être "en manque" est terrible !
Je ne me suis jamais drogué mais je pense savoir comment cela fait...
Un médecin me disait qu'il fallait "mathématiquement" autant de temps pour le sevrage que de temps de prise.
Après coup, je dois admettre qu'il avait plutôt raison.
 
Je prenais les substances suivantes : CYMBALTA, SERESTA et NOCTAMIDE.
J'ai procédé étape par étape, médicament l'un après l'autre.
Celui qui me faisait le plus mal était le CYMBALTA 30 mg (il existe en 60 mg) c'est pourquoi j'ai commencé par celui-là.
 
Par ailleurs classé par la revue
PRESCRIRE comme étant plus dangereux qu'utile depuis... 2009 !
La
HAS elle, a émis depuis le 08 juillet 2009 un Avis défavorable au remboursement en raison d’un intérêt clinique INSUFFISANT dans le traitement du trouble anxiété généralisée compte-tenu des préoccupations en termes de tolérance, notamment d'hépatotoxicité et de risque suicidaire.
 
On ne peut diminuer la dose en le coupant en 2 comme pour certains, ce qui rend la diminution progressive plus compliquée.
Alors, j'ai opté par "espacer" les prises, très très progressivement.
Ainsi, d'une prise chaque soir, je suis passé à un soir sur deux, puis sur trois, etc.
> les "paliers".
 
Par contre, au début je suis allé bien trop vite (un palier par mois) et cela s'est traduit par des maux terribles car le corps réclamait sa dose... Très douloureux !
Alors je me suis ravisé et, ai franchi un palier tous les 2/3 mois. Le temps que l'organisme s'habitue.
C'est bien plus long mais plus efficace.
Rien que pour ce médicament, cela a pris 9 mois environ.
 
Puis je suis passé au suivant, le SERESTA 50 mg dont je prenais 1/2 comprimé au coucher. Soit 25mg.
Celui-là pouvait être divisé en 2 donc, et plus pratique, pouvait être dosé à 10 mg / comprimé.
Cela facilite grandement le sevrage, plus graduel dès lors.
 
J'ai donc demandé au médecin une prescription de SERESTA 10 mg.
Puis, toujours par palier comme précédemment, tous les 2/3 mois, je suis passé donc de 25mg, à 10mg, puis zéro.
En 10/12 mois environ.
 
Enfin, je me suis sevré du NOCTAMIDE 2mg. Lui aussi, est sécable, et est aussi distribué en 1mg.
J'ai donc commencé par palier de 2/3 mois toujours, en espaçant et en diminuant le dosage. Très progressivement.
 
Tout ce difficile et long combat m'a pris environ 2 ans !
Ainsi depuis juin 2014, je suis désormais totalement sevré et, même si tout n'est pas réglé, notamment les insomnies, je préfère rester "propre" et surtout LUCIDE.
 
Bon courage à celles et ceux qui souhaitent se sevrer.
 
Je reste à votre écoute. Humainement.

 
« Modifié: 25 avril 2016 à 17:53:20 par dnrt »

zouzou59100

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 6
  • Popularité : +0/-0
Re : Sevrage (témoignages)
« Réponse #1 le: 14 avril 2016 à 23:26:05 »
Bonjour ,Comment vous allez sans aucun médicament ? Bon courage

Max666

  • Membre averti
  • **
  • Messages: 67
  • Popularité : +0/-0
  • Bipolaire ? Non Tripolaire !
Re : Sevrage (témoignages)
« Réponse #2 le: 15 avril 2016 à 11:18:43 »
Bonjour zouzou59100

Pour répondre au mieux, je dois apporter quelques précisions.
Depuis mon enfance, après avoir vu ma mère s'intoxiquer durant des années au TEMESTA et qui pour finir, atteinte d'Alzheimer, s'est défenestrée, confondant porte-fenêtre et, fenêtre, je suis réfractaire aux médocs.

Malgré cela, à partir de décembre 2010, j'ai succombé aux substances CYMBALTA + SERESTA. Une véritable "bombe à retardement", l'action de l'un étant en conflit avec celle de l'autre...

Ce qui a eu pour effet de me détruire à petit feu, jusqu'à l'été 2012
Dramatique.
A partir de là, constatant les effets contradictoires des "poisons" qui ont été pires que les maux (anxiété décuplée par exemple) j'ai décidé de me nettoyer.
Depuis le 15/06/2014 donc, je suis SANS aucun médoc et, avec le recul, je peux avancer que je vais mieux. Globalement.
Moins de variations d'humeur, fluctuant entre anxiété, dépression, et excitation.
Comme tout à chacun, il y a des moments de la vie plus ou moins faciles...

Ce qui me reste de "non résolu", c'est le sommeil, variant de 5 heures par nuit à zéro, sans aucune explication.
Mais, il est à noter que mon sommeil est perturbé depuis... 30 ans !

Alors pour résumer, je ne vais pas moins bien SANS médicament.
Je suis plus lucide, je discerne mieux, je "contrôle" naturellement mes émotions, suis capable de mieux gérer les aléas de la vie, sans artifices qui, à long terme, détruisent...

Même si la vie m'est parfois pénible, garder toutes mes facultés plutôt que de prendre un comprimé à la moindre contrariété me semble une bonne solution. Pour moi.
1 comprimé par ce que je suis anxieux + 1 comprimé parce que cela me déprime = 1 comprimé parce que l'addition précédente perturbe mon sommeil ?

Je dis clairement NON !

Voilà mon choix.

Bonne journée !

zouzou59100

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 6
  • Popularité : +0/-0
Re : Sevrage (témoignages)
« Réponse #3 le: 15 avril 2016 à 14:13:33 »
Bonjour,
 merci  beaucoup pour votre réponse claire et rapide ce qui m'aide à comprendre .En ce qui me concerne j ' ai l'impression que je suis totalement dépendante des médicaments et cela m est pénible cependant votre message est plein d espoir pour moi
Bonne journee
Cordialement

Max666

  • Membre averti
  • **
  • Messages: 67
  • Popularité : +0/-0
  • Bipolaire ? Non Tripolaire !
Re : Sevrage (témoignages)
« Réponse #4 le: 16 avril 2016 à 09:39:58 »
Bonjour zouzou59100,

Malgré ce sevrage total, depuis 22 mois, je continue à faire d'horribles cauchemars, invraisemblables, où souvent la violence est présente...
Est-ce les effets de la maladie ? Des benzodiazépines pris longtemps ?
Cela ne me fait pas changer d'avis cependant tant, je retrouve mes véritables sensations, discernements et lucidité après des "errances" effrayantes.

En plus, je peux dire que je peux conduire sans aucun problème de réflexe ce qui n'était pas le cas avant. Avec le réel DANGER que je représentais.
La dangerosité des benzodiazépines avec la conduite automobile est bien stipulée sur les boîtes mais, qui y prête attention ?

J'aimerai bien recueillir des témoignages.
« Modifié: 25 avril 2016 à 18:11:08 par dnrt »


thumbup
Reccueil de témoignages

Démarré par santé-sur-le-net

0 Réponses
2245 Vues
Dernier message 02 février 2015 à 12:21:31
par santé-sur-le-net
xx
Anafranil: recherche témoignages

Démarré par Suzanne69

3 Réponses
3726 Vues
Dernier message 12 janvier 2016 à 21:35:11
par mino61
xx
Témoignages pour mieux comprendre

Démarré par Loucam

22 Réponses
13743 Vues
Dernier message 06 mars 2018 à 16:13:01
par Loucam