Auteur Sujet: Vivre avec un bipolaire...  (Lu 7774 fois)

BH

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 3
  • Popularité : +0/-0
Vivre avec un bipolaire...
« le: 17 janvier 2017 à 23:26:12 »
Bonjour à toutes et tous,


Toute nouvelle sur le forum... avec un besoin irrésistible de témoigner.


Il y a 8 ans, j'ignorais complètement ce qu'était la bipolarité. Je venais d'entendre ce mot de la bouche de mon tout nouvel amoureux. Il me décrivait cette maladie comme terrible et me prévenait des conséquences, des risques. Il a été honnête avec moi.
Je suis allée sur plusieurs forums, j'ai lu des articles pour me renseigner. 95 % de ce que j'ai lu me conseillait de fuir cette relation parce qu'elle allait me détruire....Quand j'ai eu fini de lire tous les témoignages, je n'ai pas crû, je me suis dit que j'allais être bien plus forte que ça, et que moi, j'arriverai à le sauver !!!
  AUJOURD'HUI JE CONFIRME QU'ELLE M'A DETRUITE !

Retour sur cette histoire...
Très vite, j'ai été attirée par son éloquence, par sa proximité,  par sa capacité de comprendre et de sentir les choses, par son écoute attentive, par sa capacité de me rendre exceptionnelle. Complètement séduite. Parallèlement, je sentais bien que son moral était assez bas et que son état était dépressif. Il m'a avoué sa bipolarité et tout ce qui va avec, ses 3 tentatives de suicide, sa vie chaotique, ses échecs sentimentaux (j'ai appris bien plus tard qu'il avait détruit également ses ex...)Mais Je me sentais forte pour 2, je me disais que moi j'aurai la capacité de le rendre heureux, de lui faire oublier toutes ses souffrances. Je l'aimais et j'étais prête à tout pour lui, tant qu'en retour il me rendait si importante à ses yeux.


La vie est vite devenue difficile. Il était très exigeant, autoritaire, maniaque, allant d'un extrême à l'autre. Malgré tout, j'espérais toujours que tout allait changer. J'essayais comme je pouvais de maintenir un équilibre, surtout pour mes propres enfants qui subissaient aussi les aléas de ses humeurs. Quand il allait bien, la vie pouvait être formidable. Je me sentais belle, aimée, il redoublait d'attention et de gentillesses. Mais tout pouvait basculer en quelques instants. Juste sur un fait, sur une parole, mais aussi quelque fois sans raison apparente.


Quand je lui parlais de mes souffrances par rapport à ce qu'on vivait, il pouvait reconnaître ses torts mais il trouvait toujours un fait pour m'en rendre coupable. Il se rapprochait de ses amis, expliquait son côté bourreau et victime à la fois. En beau parleur et sans doute un peu manipulateur, les amis avaient pitié.
Quand je n'arrivais plus à le suivre dans les dédales de la vie et que je me détachais ou m'éloignais pour me protéger, il venait me supplier de l'aimer encore, jusqu'à se mettre à genoux parfois. Son attitude me bouleversait, me touchait et j'arrivais à penser que je l'aimais toujours profondément. La passion reprenait le dessus quelques heures, quelques jours tout au plus. Mais il m'accusait de le "punir" de mon amour. Ces épisodes de va et vient se reproduisaient de plus en plus souvent. J'aimais sa manière de m'aimer, je détestais sa manière d'être.
Plus d'une fois, j'ai voulu le quitter mais j'en étais incapable. J'espérais toujours... Il me touchait toujours. Ce qui est sûr, c'est que la vie n'était jamais monotone, tantôt passionnante, tantôt infernale.


J'ai tenu 7 ans comme ça. Puis, du jour au lendemain, je me suis écroulée. Je n'ai plus eu la force de me lever, de manger, de sortir, de travailler. Mes enfants étaient ma seule raison de vivre. J'avais tout donné, épuisé toutes mes ressources. J'avais pris sur moi pendant 7 ans, je m'étais tue, je m'étais levée 2400 jours en me demandant à chaque fois "que va t-il se passer aujourd'hui?". J'avais joué le rôle de tampon entre lui et mes enfants pour les protéger, entre lui et ma famille ou mes amis pour minimiser ses excès. Je me suis oubliée, j'ai perdu ma personnalité, ma confiance en moi,  j'ai perdu ma joie de vivre, j'ai perdu toute envie. Tout ça pour adhérer le plus possible à ce qu'il attendait de moi, tout cela pour tenter d'avoir une vie normale. Mais rien ne lui convenait.


J'ai eu 2 mois d'arrêt de travail. J'ai du fuir ma maison pour qu'il parte définitivement de chez moi. Non sans mal, de sa part comme de la mienne mais c'était la seule chose à faire. Mon cœur et mon corps me disaient de tout arrêter. C'était en mai 2015. Traitement d'anti dépresseurs, psychologue.


2 relations ont succédé. J'ai peur de tout. Je me méfie de tout ce qui peut s'apparenter de près ou de loin à un élément vécu dans mon histoire précédente. Résultat : encore des échecs. Le bonheur est une entité que je n'ose même plus envisager.


Aujourd'hui, 1 an et demi après, ce passé me hante encore malgré le fait que je n'ai plus aucune nouvelle de ce qu'il devient. L'idée seule que sa vie se passe bien alors qu'il a détruit la mienne m'horripile. Je le ressens comme une profonde injustice. Il a pris mon âme quand je lui ai donné mon cœur. Je ne suis plus capable d'aimer, de faire confiance, d'être sereine. Je suis devenue instable. Il m'a tout pris, il a détruit ce que j'étais.
Peut être qu'aujourd'hui il détruit une autre femme, une de plus. Ou peut être qu'il a tellement appris que tout est différent.


Et je dois vivre...


Mmes et Mrs les bipolaires, veuillez m'excuser de ce tableau noir que je dépeins de vous. Vous avez le droit d'être heureux. La vie avec vous est difficile d'un côté comme de l'autre, je veux bien le concevoir.
Existe t-il des personnes assez solides pour vivre au quotidien avec vous? ?Je n'en faisais pas partie mais je le croyais. Une utopie que je regrette au plus haut point et qui me coûte très cher...


Je voulais juste être heureuse...



« Modifié: 17 janvier 2017 à 23:27:34 par BH »

leart87

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 7
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #1 le: 18 janvier 2017 à 12:12:57 »
Bonjour BH,

je me permet de vous répondre étant de l'autre côté de la barrière ( bipolaire...)
Je comprends votre souffrance car je l'ai infligé à toutes les personnes que j'aime et que j'ai aimé ! Sachez déjà que vous n'en êtes pas la cause ! Et également que votre ancien compagnon vous a sûrement beaucoup aimé et à souffert de vous avoir fais du mal !
Je n'ai pris conscience de mon problème que depuis peu,je vois une psychiatre depuis 6 mois mais ne voulant pas de médicament,je n'ai pas "évolué"...
Je ne pense pas qu'une personne puisse tenir sur la durée avec quelqu'un de bipolaire sauf si biensûr cette personne se soigne ! Et rentre en compte également,le degré d'atteinte de cette personne ! Car nous sommes (les bipolaires) pas tous au même stade !
Pour en revenir à vous,vous avez une vie à vivre ! Vous avez fais ce que vous avez pu ! Et 8 ans,c'est énorme !!! Alors rien que pour ça je vous félicite !
Après avoir fais tout par amour pour votre ancien conjoint,il est temps de penser à vous !
C'est sur vous qu'il vous faut concentrer vos efforts !
Vider son sac fait du bien ! Mais reprendre sa vie en main est très important ! Il vous reste beaucoup de chose à vivre !!!
Je pense que la méditation peut être une très bonne chose afin de reprendre votre vie en main !
Ne vivez pas dans le passé et surtout soyez fier de ce que vous avez essayé d'accomplir !
L'Amour ne peut pas tout , surtout face à la maladie !!!
Je vous souhaite bon courage !

BH

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 3
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #2 le: 18 janvier 2017 à 22:37:34 »
Bonsoir Leart87,


Votre réponse est emplie de sagesse et de clairvoyance. Je vous avoue qu'elle m'a un peu apaisée, et m'a oté un peu de culpabilité. Je vous en remercie.


Je n'avais pas précisé dans mon premier message que mon compagnon suivait une thérapie depuis 25 ans... Et qu'il a été régulièrement sous anti dépresseurs, mais de manière très irrégulière dans la prise du traitement.
Enfin, sous lithium dès le moment où on s'est connus, et là, de manière très régulière. L'amplitude entre euphorie et dépression est moins flagrante mais tout reste très fragile.
Pourquoi refusez vous les médicaments? Qu'est ce qui vous retient?


De quel genre de méditation parlez vous?


Je vous souhaite une bonne soirée. Prenez soin de vous aussi.


BH
 

leart87

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 7
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #3 le: 19 janvier 2017 à 13:19:01 »
Bonjour à vous,

Je pense qu'à partir du moment où l'on commence à prendre un traitement et qu'il montre ses preuves,il faut suivre la prescription à la lettre donc prendre son traitement chaque jour ! Même lorsque l'on pense que ça va mieux...
C'est "la base" de cette maladie,tout est fragile ! Nous sommes très fragile !

Pour ma part,je ne souhaite pas être sous médicament car j'aimerai réussir à contrôler ma maladie ! Je pense que la nourriture peut également être bénéfique  ( voir Thierry Casanovas sur YouTube qui explique très bien la corrélation entre bien être psychique et ce que nous offrons à notre corps !)
Si je ne souhaite pas de médicaments,c'est avant toute chose car j'ai eu une mauvaise expérience il y a une dizaine d'années en allant en H.P et j'ai très très mal géré cette période !
( Le traitement que je voulais pas prendre m'était imposé de force avec piqûre...) puis après avoir accepté de le prendre,j'avais des contraction musculaire de partout...
Parfois tout mes muscles se contractait d'un coup,parfois ce n'était que mon coup...
C'était si horrible de voir le regard des gens mais surtout des personnes qui m'aime être en souffrance devant ce "spectacle"...
Je n'ai pris conscience malheureusement de mon état qu'il y a peu..j'ai toujours pensé que j'étais né comme ça et que rien ne pouvait changer puisque j'étais ainsi !
Mais non ! C'est faux ! Nous pouvons toujours changer ! Mais pour cela,il faut être conscient de soi !
Actuellement je suis en phase de dépression mais je veux me battre ! Je voudrai vivre ! Vivre pleinement sans faire souffrir quiconque de mon état !
Je sais que ce sera difficile mais je pense avoir les clés en main !
Biensûr, maintenant que je "connais" ma maladie,je ne lâcherai pas et si malheureusement je n'arrive pas à la contrôler avec les nombreuses chose qui sont à ma disposition,je me résoudrai à une solution médicamenteuse...
C'est un travail au quotidien ! Du lever...Au coucher !

Pour la méditation,je suis principalement axé pour le moment sur la technique Vipassana..
Mais réellement ou plutôt le but ultime est de pouvoir vivre en pleine conscience en permanence ! Je pense que la "guérison" passe par là !
Je fais également un peu de yoga et je commence la sophrologie, en fait,je pense que toutes choses bonnes peut être bénéfique !  L'Amour ne peut rien changer à mon avis !  Parcontre il peut sensiblement modifié la donne dans le sens où cet Amour peut être le socle sur lequel on commence à se rebâtir mais réellement il n'y a que le malade qui peut trouver les solutions !
C'est vraiment difficile ! Un des combats les plus difficiles à mon avis mais il faut y croire ! Rien n'est défini !  Tant que nous sommes pas mort, rien n'est fini !
Biensûr,c'est un travail immense mais à partir du moment où l'on connaît sa maladie,on la combat de manière naturelle au quotidien !  En permanence !
Sinon on se fait aider par des "professionnels" qui n'auront pas forcément la bonne clé pour ce changement ,et surtout,les médicaments ne camoufflerons que la partie "externe"..
Votre compagnon a de la chance d'avoir pu compter sur vous depuis tant d'années mais malgré tout,pensez à vous !
Nous n'avons qu'une vie et celle ci passe vite ! Très vite !
Il n'y a pas de peine perdue si votre compagnon est conscient de sa maladie !
Bon courage à vous et désolé pour tout cet éparpillement !

fab87

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 3
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #4 le: 28 janvier 2017 à 09:53:00 »
bonjour je suis nouveau sur le site mais moi cela fait 18 ans que je vis avec une bipolaire diagnostiquer depuis 2007 la vie au jour le jour n ai pas facile mais suis encore present meme si je sent l envie de partir comment se reconstruire apres?

leart87

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 7
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #5 le: 28 janvier 2017 à 10:38:30 »
Bonjour fab87 ,
Avant toutes choses, pourquoi sentez vous l'envie de partir ?
Vous pensez ne pas aider votre compagne ?! Ne plus pouvoir l'aider ?!

duranpo

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 4
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #6 le: 28 janvier 2017 à 10:51:00 »
Bonjour

 Suis avec un homme, depuis près d un mois, qui a des comportements bizarres. Je me suis demandée s'il était pervers narcissique car il en avait des traits : Mégalomane emprunt d 1 mission mystique, sens de l humour gras, vulgaire et sexualité exacerbée. Mais je ne pense pas car il semble ressentir réellement les émotions et ne pas être manipulateur.
 Me suis demandée s il était schizophrène à cause de ses pertes de mémoires importantes (insultes ou rv oubliés le lendemain) et ses changements d humeur brutaux. Mais je je pense pas car il n entend personne lui parler, ne parle pas tout seul...
La bipolarité m avait traversée l esprit à un moment car dépressif et au chômage, il peut rester des jours sans avancer sur ses projets ni sortir (parle souvent de suicide), a un traitement contre la dépression, boit plus d un litre de vin par soir + apéritif anisé, est maniaque de la propreté, fait une dépense un jour qu'il regrette le lendemain etc.
 Mais ne connaissant pas bien cette pathologie je l avais mise de côté et avais profité de moments où il était bien et où notre avenir commun commençait à se profiler à l horizon...

Jusqu'à hier soir où PAF ! Au diner nous avons une discussion animée avec ma fille vegane, qui met l animal au même niveau que l homme, et lui, catholique carnivore, qui place l homme au dessus de l animal dans la chaine alimentaire et intelligente. Il disait apprécier cette conversation surtout pck il trouvait qu'à 20 ans elle était mature et avait des idées peu banales. Chacun donnait ses arguments, tout allait bien. Puis la discussion a dérivé sur le Hallal, la façon de tuer les animaux, la politique et l intégrisme islamique et les attentats. Il a eu du mal a concevoir que nous puissions être aussi tolérantes et d un coup, a quitté la table, a ramassé ses affaires pour rentrer chez lui (sans dire au revoir et alors qu'il devait rester dormir).
Rejoint à sa voiture, il me dit "reste avec ta fille et votre philosophie de ******, votre bio et votre sophrologie". Burps!
Deux heures avant il était doux comme un agneau, serviable il me reparait un meuble et avait entamé une discussion sur le possible projet (pas immédiat) de vivre sous le même toit.
Quand il est parti (me disant qu'il ne voulait plus me voir pendant qq temps), j étais pantoise! Déconcertée!
Cherchant un mot à coller sur cette pathologie (pck pour moi il est clair qu'il est malade) j ai cherché des infos sur la bipolarité qui me semblait finalement être l explication.ce que j ai lu sur ce site et cette discussion me conforte dans mon idée.
Aujourd'hui j aimerais l aider car il a déjà arrêté de boire pdt 6 ans et m a promis d arrêter qd il aurait du travail (il cherche et à priori ça redémarre ds sa branche). Seulement je n ose pas aborder ce sujet avec lui pck je ne suis pas toubib et ne suis pas certaine du diagnostic et que je ne sais pas si son médecin l a lui-même posé (généraliste, pas psy).

Pouvez-vous me dire si je me trompe?
Me donner des conseils?
D avance merci

fab87

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 3
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #7 le: 29 janvier 2017 à 06:28:38 »
bonjour leart87
je ne sais pas vraiment si je l aide cela fait dejas plusieurs annees que j essais de faire en sorte quelle est rien n a faire a la maison elle ne se consacre qu a son travails mais plus les mois passe et moins il y a de rapprochement elle dit que c est la maladie mais ....c est peut etre egoiste mais j ai aussi besoin de me sentir aimer ce n ais peut etre qu un coup de mou mais si je m en vais qu es qui va ce passer

france-lise

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 1
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #8 le: 02 février 2017 à 11:18:11 »
Bonjour à tous et toi en particulier BH.
Cela fait maintenant 4 mois que j"ai quitte mon compagnon bipolaire diagnostiqué il y a 13 ans  (il en a 43aujourd'hui et moi 50). Nous avons 2enfants 22, mon fils et 18ans, ma fille. Donc 23 ans de vie commune.
Mes enfants et moi avons subis ttes les phases de sa maladie. Amour passion violences psychologiques humiliation tromperie. J'ai effectivement crue que l'amour que j'avais pour lui serai plus fort...jusqu'a ce qu'il manque de nous tuer en voiture avec ma fille et qu'il lève la main sur elle. La je lui ai dit qu'il avait franchi la ligne rouge. Il n'à rien fait pour nous retenir car 2 jours après mon départ il couchait avec  une connaissance qui est la mère d'un des meilleurs amis de mon fils...Ils sont encore ensemble aujourd'hui même si je l'ai revu entre tps et qu'il dit avoir le ****** entre deux chaises...Je pense ne pas pouvoir vivre sans lui, il me manque terriblement et je l'aime profondément...Il me manque comme une drogue...Je suis triste en colère me sent humiliée et voit mes enfants souffrir de cette situation. Ma fille a été jusqu'a ce sacrifiée..Mon fils a été en échec scolaire alors qu'il était  ds les meilleurs. Je ne sais plus quoi faire auourd'hui et me sent complètement détruite pendant que lui mene sa vie tranquille avec sa nouvelle proie.

BH

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 3
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #9 le: 03 février 2017 à 19:49:40 »
Bonsoir France Lise,


23 ans avec un bipolaire c'est énorme. Quel courage et quelle force vous avez (eu)!


L'aimez vous vraiment? Ou croyez vous que vous l'aimez parce que vous ne supportez pas de le savoir avec quelqu'un d'autre, vous qui avez je suppose tout donné, tout sacrifié?est ce de la colère ou vraiment de l'amour? Ne vivez vous pas mieux sans lui (plus de tensions, d'interrogations sur ce qu'il va dire ou ce qu'il va faire), plus détendue? Il est question maintenant de vous et de vos enfants! Etiez vous heureuse avec lui?


J'ai craqué au bout de 8 mois de séparation parce que, comme vous, je croyais l'aimer. Nous avons passé une soirée ensemble. 2 heures de redécouverte puis, très vite, il est reparti dans ses travers et ses exigences. Et là, j'ai su instantanément que je n'étais plus prête du tout à supporter à nouveau tout ce qu'il était. Il est reparti, c'était il y a un an.


C'est long, mais vous pouvez y arriver. Aidez vous de vos enfants. Les bipolaires ont parfois un trop gros besoin de se sentir aimé, peu importe par qui, ils ne supportent pas la solitude. Dites vous bien que votre mari, même dans les bras d'une autre, reste bipolaire et donc très instable. Il n'est sans doute pas tranquille et pas heureux. Ne vous faites pas mal  pour rien. Ne vous sentez pas humiliée, vous avez résisté et vous vous êtes battue toutes ces années. Soyez fière de vous.


A vous lire, j'ai la sensation que vous êtes sous une sorte d'emprise (vous parlez de drogue) comme je l'ai été aussi. Il faut du temps pour que cette emprise vous quitte. Il faut tout vérouiller pour ne plus avoir aucune information de lui qui vienne raviver tantôt une colère, une haine, une sensation, un doux souvenir. Pour moi, c'est plus facile, je n'ai pas eu d'enfants avec lui.


Je comprends votre sensation d'être détruite. Faites vous aider, aérez vous l'esprit, parlez en autour de vous, partagez votre souffrance, passez des bons moments avec des gens que vous aimez et VIVEZ! Avec le temps, vous reprendrez le dessus, c'est tout ce que je vous souhaite.


Dites vous que vous avez tout essayé.


Et si, en tout  dernier recours, vous ne supportez toujours pas de vivre sans lui, proposez lui , s'il est d'accord, un ultime essai avec vos conditions et soyez clairvoyante. Prenez conscience de votre état, de votre emprise, et voyez si vraiment vous avez le courage de vivre encore avec lui.


J'espère ne pas avoir été trop dure avec vous. Par ce forum, mon seul but est de partager ce que j'ai vécu pour que ca n'arrive pas à quelqu'un qui serait dans le doute. Je vous souhaite tout le courage et la patience qui vous seront nécessaires.


BH








PATRICIA75

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 2
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #10 le: 07 février 2017 à 13:08:46 »
J'ai bien compris votre souffrance et votre courage. Pour vous en sortir, vous êtes partie, moi je vis avec une bipolaire mais c'est ma fille, et je ne peux pas partir. Aucun des psychiatres qui la suit ne tient compte des difficultés de l'entourage. Aucun conseil, rien. J'ai 64 ans l'âge où je devrais faire une pause, physiquement et moralement d'autant plus que j'ai vaincu un cancer il y a bientôt 8 ans. Je suis moi aussi au bout du rouleau, et n'ai plus aucun espoir. Peut-être avez vous un conseil à me donner. Je vous en remercie

PATRICIA75

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 2
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #11 le: 07 février 2017 à 16:12:34 »
Bonjour,

Pardon je suis nouvelle venue et totalement impolie, ma réponse était pour BH.

Je souhaite bon courage à toutes ces personnes dans l'épreuve. P75

alval

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 1
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #12 le: 11 février 2017 à 09:22:44 »
Bonjour

je suis nouvelle sur le forum et viens vers vous car en plein doute existentiel.

Mariée depuis 23 ans, avec un enfant de 10 ans, j'ai quitté il y a plusieurs mois mon mari pour des faits de violence conjugale évoluant depuis plusieurs années, survenant en contexte d'alcoolisation en général et de maladie bipolaire diagnostiquée tardivement (comme toujours).
Il évoluait sur un mode hypomaniaque depuis je pense l'adolescence, mais était équilibré jusqu'à l'arrivée de notre fille. Il était toujours plein d'entrain, je commençais à souffrir de ses achats compulsifs et de son rythme nocturne mais bon.... Il y avait des conflits mais c'était toujours à cause de moi, selon lui.

Avec le nouveau rythme familial, le travail très prenant avec des gardes de nuit, un déménagement de Paris à province, l'installation dans une très grande maison, les difficultés se sont aggravées, les faits de violence majorés.
En 4 ans, j'ai déposé 2 plaintes ; elles se sont soldées par une médiation pénale, une condamnation avec obligation de soins (le diagnostic de bipolarité a été posé il y a 3 ans).

Malgré le traitement (par trileptal puis associé à du lithium, ce dernier arrêté car risque rénal majoré par un diabète), souvent interrompu et parfois diminué en accord avec son psychiatre,  il a continué régulièrement à s'alcooliser, sous prétexte  de détente et dégustation plaisir, avec les conséquences directes de majoration de son agressivité/agitation.

il a pris un appartement pdt qq mois sinon c'est moi qui partais mais il est revenu au bout de 3 mois.

Il y a qq mois, suite à une rupture de ttt, une TDS par pendaison en pleine journée alors qu'il était alcoolisé (c'est moi qui l'ai décroché, notre fille aurait pu le voir ! ) et de nouveaux faits de violence, j'ai quitté en urgence le domicile conjugal, ai de nouveau déposé plainte et débuté une procédure de divorce avec assignation à jour fixe (urgence, acceptée par le JAF).
J'ai été autorisée à vivre séparément, chez moi avec ma fille puis à déménager près de ma famille, à 800kms, en attendant des expertises médicales.

Ma fille a été entendue par le JAF sur insistance de mon mari (car elle voulait rester ds sa maison). L"expertise a conclu que l'environnement proposé par mon mari n'était pas sécure compte tenu de sa souffrance et de ses troubles de l'humeur.

Il y a 2 jours, j'ai reçu l'ONC qui attribue la garde de ma fille à mon mari !! Sous prétexte qu'elle demande à repartir ds sa maison, que la réserve de l'expert est mineure selon le juge, qu'"ils ont les mêmes origines culturelles et qu'il a des revenus plus élevés que moi (je travaille pour l'instant à mi temps afin d'avoir du temps pour accompagner ma fille ds ce changement de vie !)
Aucune considération du JAF sur la violence conjugale à répétition, l'alcool...

J'ai revu plusieurs fois mon mari depuis ces derniers mois, il semble plus apaisé bien qu'encore logorrhéique et sensible ++. Il semble prendre son ttt, avoir arrêté de boire, dormir, a réduit ses gardes de nuit et a plus de temps de récupération, est soutenu sur un plan spirituel et amical. Je suis contente pour lui de ces améliorations.
Mais je vois bien qu'au bout de 5 minutes en sa présence, je me sens mal, je ressens une oppression, des palpitations, un agacement....
Il appelle souvent, parfois de manière harcelante, m'envoie par périodes des SMS, attend des réponses immédiates....
Il tente de me faire culpabiliser
 

Je suis ds un grand doute existentiel quant au bienfondé de ce que j'ai fait ces derniers mois..... 
Ai je encore envie de divorcer ?
Puis je nous laisser encore une chance  avec tout ce qu'il a mis en œuvre depuis qq mois ?
Il y a bcp de blessures ds notre relation maintenant. Bcp de personnes sont intervenues pour nous aider...
Suis je encore vraiment attachée à lui ? ou toujours sous son emprise ?
J'ai peur des énormes conséquences financières aussi de tout cela... c'est déjà  commencé...

Ma fille aime son père bien sûr mais je crains qu'il ne reproduise avec elle ce qu'il a fait avec moi d'autant qu'elle devient une jeune fille avec un fort tempérament.
Elle n'a pas conscience de tous les risques de cette maladie même si je lui ai expliqué avec des mots adaptés.
Peut elle raisonnablement repartir avec lui ? Son psychiatre atteste que oui, l'expert non...

Mon avocate me dit que le JAF qui a prononcé l'ordonnance semble s'être identifié à mon mari. Après un congé longue maladie, ce JAF a repris à mi temps thérapeutique et rend des décisions très imprévisibles et souvent injustes....   J'ai ça en plus !

J'ai 15 jours pour faire appel de la décision du juge et donc ds une certaine urgence. En appel, les décisions sont collégiales donc moins contestables.  Les décisions provisoires auront des conséquences sur les  décisions définitives si je vais jusqu'au divorce.

mon avocate me recommande d'aller vite, ma psy de tempérer....

merci de vos "conseils", de vos partages de vies

courage à tous, personnes atteintes de cette fichue maladie et familles dans la désespérance

luminicens

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 7
  • Popularité : +1/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #13 le: 13 février 2017 à 01:50:45 »
Bonjour BH après votre lecture ,étant moi même bipolaire j'en suis venue a la conclusion que votre ex était plus une personne toxique que bipolaire,même si l'un n'empêche pas l autre.
Je suis moi même en concubinage, qui dure de plus de 13 ans
il faut savoir que pendant tout ce temps là je n ai eu droit qu'a une crise ,sachant que les crises normalement s'espace dans le temps(j'ai 44 ans)


Alors il est vraie que pendant cette crise cela a était très douloureux pour mon conjoint car là on est plus le même, mais mise a part cet épisode ou je salut sont courage ,elle me considère comme quelqu'un de pondéré
La maladie est épisodique rien a voir avec un caractère permanent
je pense pas qu'aucun de mes amis me considère comme déviant ,ni même mes ancienne compagnes
Ce n'est pas mes quelques mois perturbés dans ma vie qui font se que je suis
En espérant vous avoir orienté .
Amicalement


Ninou

  • Nouveau venu
  • *
  • Messages: 2
  • Popularité : +0/-0
Re : Vivre avec un bipolaire...
« Réponse #14 le: 29 juillet 2018 à 12:05:30 »
Bonjour

Bravo Madame de l avoir quitté, car j ai le même à la maison mais entre temps à eu de gros problèmes de santé et donc je suis resté pour l aider.
Aujourd hui je ne me laisse plus faire mais je continue de vivre des jours bien et des jours horribles par son comportement, son egoiste, sa jalousie envers mes enfants et ses crises!!!
Il vaut mieux être seule que mal accompagné!!!


xx
Vivre avec une hypersomnie

Démarré par Marine3107

1 Réponses
5225 Vues
Dernier message 02 mars 2019 à 18:17:33
par Valérie21
xx
Apprendre à vivre avec les troubles Bipolaires : c'est possible

Démarré par Tit renard

1 Réponses
2825 Vues
Dernier message 06 juillet 2016 à 06:58:35
par woody
xx
Puis-je déménager et vivre seul avec le traitement à 32 ans ?

Démarré par grepool

0 Réponses
1181 Vues
Dernier message 26 mars 2018 à 14:07:22
par grepool
xx
vie avec une bipolaire

Démarré par fab87

0 Réponses
1905 Vues
Dernier message 28 janvier 2017 à 09:19:40
par fab87
xx
J'ai vécu avec un Bipolaire

Démarré par Jerem83000

0 Réponses
2136 Vues
Dernier message 06 juillet 2017 à 22:01:43
par Jerem83000